En cherchant les points communs entre les religions païenne du hockey et la religion chrétienne, on se rend bien compte que la religion en général se définit comme l'expression collective d'une foi personnelle partagée par une collectivité.

La différence entre foi et religion

Partage cet article:

Source image : Francois Lacasse/NHLI https://thehockeywriters.com/

J’accompagne des adultes dans leur préparation aux sacrements d’initiation chrétienne. La plupart de ces adultes entament cette démarche par amour, car on leur a demandé d’être le parrain ou la marraine d’un enfant. Par expérience, je dirais que 0% des participants à mes rencontres ont envie de faire partie de la religion catholique. Moi-même, je proteste lorsqu’on m’accole l’étiquette de personne religieuse. Parce qu’en réalité, il ne s’agit pas d’adhérer à un système de règles et de valeurs, mais d’abord à une personne : Jésus Christ. Le fait d’aimer Jésus et de me savoir aimé par Lui entame un changement radical dans ma vie et dans mes relations avec les autres. Au contact avec ceux-ci, des formes de communication, des rituels et un vocabulaire se sont mis en place depuis deux mille ans. C’est cette manière de nous dire ensemble notre foi qu’on appelle « religion ».

L’intimité avec Dieu les Canadiens

J’aime les Canadiens de Montréal. Je regarde chaque partie des Glorieux que je peux. Le jour d’un match, j’essaie de porter du rouge. Dès que je me lève, je pense à mon équipe. J’espère que Nick Suzuki est en santé et que la blonde de Cole Caufield sera gentille avec lui. J’ai en ma possession des livres sur l’histoire plus que centenaire de l’équipe. Je connais tous les grands joueurs de son histoire. D’ailleurs, l’amour que j’ai pour les Canadiens me rapproche de mon père et de mes grands-pères : chaque époque a connu ses grands joueurs, ses héros. Vous aurez compris : les Canadiens de Montréal font partie de mon histoire intime. Ma vie est parsemée de souvenirs en lien avec les Canadiens. Évidemment, j’aimerais bien que mes enfants soient des fans de l’équipe, car cela nous rapprocherait.

Le hockey : religion nationale des Québécois

Je pourrais aimer les Canadiens chez moi, tout seul dans le confort de mon salon, et cela me suffirait amplement. Mais il y a, dans le hockey comme pour la foi, une dimension collective à ne pas négliger. En effet, l’expérience personnelle est bien plus forte quand les victoires sont vécues en groupe. Même les défaites trouvent un sens différent lorsqu’elles sont vécues en collectivité. Rappelez-vous de la finale de la coupe Stanley de 2021.

Que j’aille voir un match au resto-bar sportif local ou que j’aie ma place au grand temple du hockey, le centre Bell, si je veux montrer aux autres que j’aime vraiment beaucoup les Canadiens, certains codes permettent de reconnaître les vrais fans et à se faire reconnaître par eux. Bien sûr, je vais commencer par porter mon chandail officiel. Nous allons chanter « Olé olé olé » pour faire monter l’enthousiasme. Lorsqu’un arbitre donnera une pénalité à un des joueurs de Montréal, nous allons chahuter très fort. De même, lorsqu’un joueur adverse transgressera une règle, vous pourrez compter sur 21 000 arbitres dans les gradins pour souligner le fait aux officiels sur la glace. Nous huerons ensemble les meilleurs joueurs adverses chaque fois qu’ils toucheront à la rondelle. Nous chanterons « Na-na-na-hey-hey-goodbye » à quelques secondes de la fin du match.

Plus je vais connaître ces codes, plus je vais être en communion avec les autres vrais fans. Mon expérience personnelle devient collective. C’est ça, la religion : l’expression collective d’une même foi personnelle.

Y a-t-il vraiment une différence?

Tout commence par une relation personnelle. Mais comment connaître toute la joie potentiellement vécue dans cette relation personnelle si personne ne m’en parle? Le meilleur endroit pour apprendre la joie du hockey comme de la vie avec Dieu, c’est en famille : dans le confort de votre salon ou au grand temple. C’est là qu’on y apprend la Vie, en compagnie de témoins qui marquent notre existence.

Jésus est un homme sympathique et facile à aimer. Cependant, même les personnes qui ont décidé de le suivre pourraient être tentées de protester si on leur accole l’étiquette de « personnes religieuses ». On pourrait avoir l’impression que la religion est un système de règles et de valeurs qui sont imposées de l’extérieur à des cerveaux faibles et sans volonté propre. Or, en cherchant les points communs entre la religion païenne du hockey avec la religion chrétienne, on se rend bien compte que la religion est l’expression collective d’une foi personnelle partagée par une collectivité.

close

Restons en contact !

Pour être informé(e) des derniers articles et des prochaines activités près de chez toi, il faut t'inscrire à l'infolettre! 😎

Sélectionner une ou plusieurs listes :

Nous ne spammons pas ! Consultez notre [link]politique de confidentialité[/link] pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Connais-tu la Bible ?

Que tu fréquentes la Parole de Dieu quotidiennement ou juste une fois de temps en temps, teste tes connaissances avec ce quiz sans prétention ! 

Autres articles

Formation
Mathieu Binette

La différence entre foi et religion

En cherchant les points communs entre les religions païenne du hockey et la religion chrétienne, on se rend bien compte que la religion en général se définit comme l’expression collective d’une foi personnelle partagée par une collectivité.

Lire la suite »